In order to view this page you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player



Antoni Jassogne - artisan luthier

Français - English - Deutsch

Antoni Jassogne, artisan luthier

Les violons

Le bois

Nous utilisons des bois qui ont entre 20 et 45 années de séchage naturel, ce qui permet :

L’épicéa provient de Rougemont, en Suisse, de Pologne, ainsi que du Jura français.
Pour l’érable, nous allons le chercher en Pologne, dans le Tyrol, à Metten en Allemagne près de la Tchéquie, et certains fonds proviennent de l’ex-Yougoslavie.

Le dessin

Nous ne faisons pas de copie : les principes du plan du violon sont tout à fait géométriques : le dessin de l’instrument contient le nombre d’or dans toutes ses proportions, y compris l’ouïe et la volute.
Nous traçons uniquement avec la règle et le compas (à l’époque des Cathédrales, tous les corps de métiers, les architectes, les menuisiers, les charpentiers, les peintres utilisaient ‘l’art du trait’).

La réalisation

Nous construisons personnellement tous nos instruments, de la conception et la quête du bois jusqu’au vernissage et au montage, sans utiliser de machine. Toutes les étapes de fabrication sont réalisées dans l'atelier sans sous-traitance.

Le vernissage

Le vernis naturel que nous fabriquons est aux résines naturelles, à l’huile essentielle et à l’huile fixe.

L’artisan Antoni Jassogne

Extrait du documentaire ‘Le chant du bois’
Réalisé par Patrick Dhaussy & Isabelle Françaix
© Comic Strip Production/Dragons Films/RTBF/Images Plus

Quel a été votre parcours d’apprentissage ?

Tout d’abord, j’ai effectué 3 années de menuiserie à l’école du jour. Après mes études au Conservatoire Royal de Musique de Mons je suis allé en Pologne auprès du maître-luthier Franciszek Mardula pour la technique de construction. J’ai ensuite continué mon apprentissage chez Jean-Frédéric Schmitt à Lyon pour la restauration d’instruments anciens. Et finalement j’ai effectué un stage chez Joël Mentec et Jacques Fustier à Firminy.

Préférez-vous la restauration ou la construction ?
Qu’est-ce qui vous motive ?

J’aime les deux : la restauration me permet de voir des instruments parfois très beaux. C’est toujours très émouvant de rencontrer le travail d’un luthier qui vivait il y a plusieurs décennies et parfois plusieurs siècles. La construction est une autre facette passionnante du métier parce que l’on crée un instrument du début à la fin, et on cherche à chaque fois à améliorer sa sonorité et aussi sa beauté extérieure par sa forme et son vernis. En fait, ce qui me motive, c’est tout simplement la beauté.

En fait, ce qui me motive, c’est tout simplement la beauté.

Quels sont les instruments qui vous ont marqué ?

Il y en a beaucoup. Mais je crois que celui qui m’a le plus marqué est le violon d’Arthur Grumiaux, un Guarnerius Del Gesu de 1744, dont je me suis occupé pendant 10 ans. C’était un magnifique violon, dont le vernis était comme un soleil. Il avait une voûte très élevée, ce qui le rendait extrêmement sensible à la moindre variation. Arthur Grumiaux venait presque quotidiennement à l’atelier pour que je règle son violon. Rien n’était symétrique dans ce violon, il était “génialement mal foutu”.

Avez-vous formé d’autres luthiers ?

Assez peu, parce que cela demande beaucoup de temps, et aussi parce que mon atelier est trop petit pour cela. Mais, j’ai formé ma compagne, Christiane Kooij, qui se consacre uniquement à la construction des violons et des altos.

L'atelier

Services Proposés :

  1. La construction : mis à part nos créations personnelles, nous construisons également sur commande.
  2. Le réglage de tous les instruments à cordes frottées : violons, altos, violoncelles et contrebasses.
  3. La restauration de tous les instruments à cordes frottées. Ci-contre un Cello Benoît Boussu 1753-5 restauré à l'atelier.
  4. La remise en état baroque comprenant :
    • une touche et un cordier plaqués d’ébène et incrustés
    • des chevilles et un chevalet baroques
    • une enture avec un manche d’époque
  5. Le remèchage et la réparation des archets.

Violons en vente

Tous les violons présentés ci-dessous sont disponibles à la vente. Il suffit de nous contacter pour convenir d’un rendez-vous d’audition.
Cliquez sur un des violons pour le visualiser de plus près :

'Je m’envole' - 352mm
'Laon' - 352mm
'Motif Cistercien II' - 352mm
'Sablon' - 353mm
'Motif Cistercien I' - 351mm
Violon baroque - 354mm
'L’initié' - 353mm
'Lapins' - 353mm
'Capricorne' (alto) - 415mm
'Trinacria' (alto) - 413mm
'Saint-Jacques' (alto) - 403mm

Références

“J'aime pousser la porte de cet atelier, où les odeurs du bois et du vernis accompagnent un accueil toujours chaleureux. Venir ici est pour moi, en plus de l'assurance d'une assistance des plus compétentes, à chaque fois aussi le plaisir de la découverte de l'un ou l'autre aspect de cet art magnifique qu'est la lutherie.”
ERIC ROBBERECHT
1er Soliste dans l'Orchestre Symphonique au Théâtre Royal de la Monnaie à Bruxelles
Professeur de Musique de Chambre au Conservatoire Royal de Musique à Bruxelles

“Tellement de lumière dans la sonorité et exceptionnellement beau.”
BENCE ABRAHAM
Violoniste chambriste

“Un son de velours, très facile à jouer, très ouvert. On peut tout se permettre.”
TIGRAN MAYTESIAN
Soliste, professeur au Lemmens Institut de Leuven

Le Soir - 28 décembre 1994
Le VIF l'Express - 11 août 1995
Consonances Dissonances - Janvier/mars 1997
Le Soir - 22 mars 2000
La Tribune de Bruxelles - 31 décembre 2003
Le Soir - 8 juillet 2008

Contact

Nous vous invitons à prendre contact avec nous si un de nos instruments vous intéresse. De même, si vous souhaitez un réglage, une restauration ou toute autre remise en état de votre instrument ou de votre archet.

Rue des Renards, 21
1000 Bruxelles
Belgique
Tél. +32 (0)2 511 85 14
Gsm +32 (0)472 33 68 86
E-mail : contact@luthier-jassogne.com

Heures d’ouverture
• Du mardi au vendredi de 14h à 18h (de préférence sur rendez-vous)
• Le samedi : de 14h à 18h (uniquement sur rendez-vous)